Réélection d’Olivier Simonin

Le mardi 5 avril 2016

Olivier Simonin, 59 ans, a été réélu président de l’INP de Toulouse, lundi 4 avril 2016, au premier tour de scrutin, avec 24 voix pour et 1 vote blanc.

La liste "tous@INP" qui soutenait sa candidature avait remporté 8 des 16 sièges réservés aux personnels au sein du CA (4 au sein du collège A, 2 au sein du collège B, 2 chez les Biatss) lors des élections universitaires du 8 mars 2016. Olivier Simonin, seul candidat à la présidence, entame donc un deuxième mandat à la tête de l’INP Toulouse, fédération de 7 grandes écoles, qui compte 7 000 étudiants. Une première liste des membres du bureau, dont les vice-présidents recherche et formation, sera adoptée le 7 avril prochain par le Conseil Académique.

Son programme s’inscrit dans la continuité de son précédent mandat avec comme objectifs généraux :
- la consolidation des réformes engagées depuis quatre ans au sein de l’INP Toulouse,
- la mise en œuvre du projet d’établissement dans une nouvelle dynamique portée par une large participation des acteurs internes,
- la participation au pilotage de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées (UFTMP) et au développement d’une politique commune ambitieuse.
Les priorités du projet quinquennal concernent notamment :
- pour la recherche et la valorisation : le soutien aux thèmes stratégiques pluridisciplinaires identifiés par l’établissement, l’amplification de la participation aux projets européens H2020, la co-construction de la politique recherche de site;
- pour la formation et la vie étudiante : le développement de la transversalité entre les écoles, le soutien à l’innovation pédagogique et au développement des outils numériques, une nouvelle ambition pour la formation professionnelle (Toulouse Tech Formation Professionnelle), l’internationalisation (entrante et sortante) en synergie avec la politique et les actions de l’UFTMP ;
- pour la gouvernance et le pilotage : la mise en place de l’association renforcée ENIT/INP Toulouse, la fiabilisation des données de pilotage et la consolidation du processus de démarche qualité, un investissement collectif pour assumer pleinement les responsabilités sociales et environnementales qui incombent à un EPSCP.