Le Bachelor des EGC à l’ère du digital

Des enseignements adaptés pour former aux nouveaux métiers

Le lundi 26 septembre 2016

L’accroissement des achats en ligne, l’émergence de commerces connectés et l’influence grandissante des réseaux sociaux amènent les entreprises à recruter des diplômés en phase avec le numérique.
Dans cette perspective, les Écoles de Gestion et de Commerce (EGC – 25 campus – 2 120 étudiants), reformatent leur Bachelor, qui aboutit à la délivrance d’un diplôme de Niveau II en BUSINESS et MANAGEMENT (titre inscrit au RNCP).

Pour Delphine CHARBONNIER, responsable des relations avec les entreprises à l’EGC du Mans : « En France, aucun réseau d’écoles de commerce n’est aussi proche de son écosystème économique régional que les EGC. En phase avec leur bassin d’emploi, et en lien constant avec les DRH des PME régionales, les EGC adaptent en permanence leurs enseignements pour que les jeunes acquièrent les compétences que les entreprises recherchent. ».

Digitaliser les cours et les méthodes

En cette rentrée Universitaire, le numérique gagne en importance dans la formation des EGC, notamment via des cours sur les nouveaux métiers comme la gestion de la relation client par le digital, le e-commerce ou le community management.
Chaque EGC s’adapte. Au Mans, l’EGC ouvre un enseignement sur la stratégie réseaux. A Agen, l’EGC propose un module de commerce connecté : les étudiants se familiarisent avec les outils digitaux d’aide à la vente (tablettes, miroir connecté pour éviter l’essayage de vêtements, etc.).

Quant à la maquette pédagogique des EGC, elle se met à l’ère du numérique : plateforme de e-learning, projets menés avec la méthode AGILE (adaptée aux start-ups du digital), et contrôles 2.0 comme Kahout, un QCM sur smartphone.

Proximité avec l’écosystème régional

Pour Philippe ROBERT, formateur pour le marketing et les achats à l’EGC d’Agen : « Tous les 6 mois, un Conseil des programmes permet aux DRH de préciser les compétences et les profils dont ils ont besoin. Nos cours évoluent en conséquence. Les entreprises de e-commerce, par exemple, cherchent des profils capables, d’abord, d’attirer les internautes sur un site, puis de transformer ces curieux en consommateurs ».
Rappelons que chaque EGC peut colorer sa formation en fonction de son bassin d’emploi. En Nouvelle Aquitaine, où le secteur agroalimentaire est puissant, l’EGC d’Agen a ainsi créé une 4ème année destinée à former des « Responsables commerciaux de l’agroalimentaire ».